L’échange potentiel de terroristes iraniens entraînera davantage de menaces sur plusieurs fronts

En juillet, la Cour d’appel de Bruxelles a rendu une ordonnance empêchant le transfert d’un terroriste iranien condamné qui devrait faire l’objet d’un accord d’échange de prisonniers avec la République islamique pendant encore deux mois. Ce qui rend l’affaire plus dramatique, c’est que le terroriste n’était pas une personne ordinaire. Au contraire, au moment du complot, il était un “diplomate” iranien accrédité.

La décision a été le résultat de plusieurs plaignants qui ont intenté une action contre le gouvernement belge immédiatement après qu’il a été signalé que le parlement avait approuvé un traité clairement conçu pour préparer le terrain pour la libération d’Assadollah Assadi.

Parmi ces plaignants figuraient la dirigeante de la Résistance iranienne Maryam Radjavi, plusieurs responsables du Conseil national de la Résistance iranienne et d’éminents politiciens d’un certain nombre de pays occidentaux qui avaient pris part au grand rassemblement de soutien au principal mouvement d’opposition iranien, le Conseil national. de la Résistance iranienne qu’Assadi a pris pour cible en juin 2018. Si son complot n’avait pas été déjoué, il aurait impliqué l’explosion d’une bombe dans un centre de congrès près de Paris, entraînant potentiellement la pire perte de vie dans tout incident terroriste moderne sur le sol européen .

Des experts ont témoigné de ce fait lors du procès d’Assadi, qui s’est conclu au début de l’année dernière par la condamnation à une peine de 20 ans de prison. Trois co-conspirateurs ont été condamnés à des peines presque aussi longues, et les poursuites ont contribué à établir la culpabilité du régime iranien lui-même, qui avait ordonné une attaque contre le CNRI à la suite d’une grave escalade des troubles intérieurs au début de 2018. d’autorités supérieures ressort du fait qu’Assadi est retourné à Téhéran pendant les étapes de planification et s’y est procuré les explosifs, avant de les faire passer en contrebande en Europe sur un vol commercial vers l’Autriche.

Assadi occupait alors le poste de troisième conseiller à l’ambassade du régime à Vienne, et les preuves obtenues lors de son arrestation ont révélé qu’il avait utilisé cette position pour cultiver un vaste réseau d’agents et d’agents de renseignement couvrant une grande partie de l’Europe. Les détails et le contexte entourant le complot de 2018 ne laissent aucun doute sur sa gravité ou sur la menace sous-jacente du terrorisme iranien.

Le texte du traité signé entre l’Iran et la Belgique permet ostensiblement à Assadi et à tout autre Iranien reconnu coupable d’un crime en Belgique de purger sa peine dans son pays d’origine. Il offre la même option aux Belges emprisonnés en Iran, tout en donnant explicitement à chaque pays la liberté de commuer ou simplement d’annuler une peine prononcée à l’étranger pour l’un de ses citoyens.

Le cas d’Assadi a été lié à celui d’un travailleur humanitaire belge, Olivier Vandecasteele, qui aurait été arrêté en Iran juste autour du premier anniversaire de la condamnation d’Assadi, ce qui suggère fortement qu’il a été spécifiquement ciblé pour être utilisé comme monnaie d’échange dans cette affaire.

Vandecasteele n’est certainement pas la seule nation occidentale à être ciblée pour être utilisée comme monnaie d’échange. La République islamique détient actuellement au moins 20 de ces individus, et peut-être beaucoup plus. Au fil des ans, ce régime a déposé de fausses accusations contre environ 150 étrangers et binationaux, ainsi que pris en otage plus de 100 Occidentaux au Liban, où il exerce une influence démesurée par le biais de son mandataire militant chiite, le Hezbollah.

Ce phénomène serait probablement encore plus répandu si ce n’était des inquiétudes du régime concernant les conséquences potentielles des prises d’otages et autres provocations violentes contre les grandes puissances occidentales. Par conséquent, l’affaire Assadi menace d’accélérer l’activité maligne de Téhéran en démontrant que des conséquences graves sont facilement évitées, même dans des situations où des agents de la République islamique ont directement menacé la vie de législateurs, d’universitaires et d’autres innocents occidentaux.

Bien que la condamnation et la condamnation d’Assadi aient été saluées à juste titre par les partisans du mouvement d’opposition pro-démocratie iranien, bon nombre des mêmes voix ont critiqué l’Union européenne et les États-Unis pour leur incapacité à exiger des comptes pour une décision prise par les plus hauts responsables du régime iranien. . .

Si Assadi est libéré en échange de Vandecasteele ou dans le cadre de tout autre commerce déloyal, Téhéran sera encore moins incité à se retenir de futures tentatives d’assassinat de dissidents iraniens et de leurs partisans politiques. En outre, d’autres États voyous et organisations terroristes considéreraient sans aucun doute la liberté d’Assadi comme une invitation à prendre en otage d’autres ressortissants occidentaux et à les retenir comme une sorte de carte de sortie de prison gratuite pour les terroristes.

Comme neuf éminents partisans américains de la Résistance iranienne l’ont récemment souligné, le traité nouvellement approuvé « permet au régime iranien d’établir son centre de commandement terroriste européen en Belgique ».

Ce n’est sûrement pas une simple coïncidence si, pratiquement au même moment, le parlement belge approuvait le traité destiné à régir la libération du terroriste condamné le plus en vue d’Iran, l’éminente coalition d’opposition iranienne pro-démocratie, le Conseil national de la Résistance iranienne, devait reporter son « Sommet mondial pour un Iran libre » annuel puisque les autorités albanaises, où plusieurs milliers de membres de l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), ont créé une communauté connue sous le nom d’Achraf 3, avertie des menaces terroristes qui pèsent sur le sécurité du site.

Il est temps que l’Union européenne voie le régime iranien pour ce qu’il est : un État mafieux qui utilise le terrorisme et la prise d’otages comme art de faire chanter. L’apaisement avec les ayatollahs n’a jamais fonctionné. Cela ne fonctionnera jamais. Il est grand temps que l’Europe réagisse de manière rationnelle et qu’elle fasse comprendre à Téhéran que les conséquences d’une prise d’otages l’emporteront de loin sur ses éventuels avantages.