Plus de 15 000 personnes portées disparues pendant la guerre en Ukraine, selon un responsable

Plus de 15 000 personnes ont disparu pendant la guerre en Ukraine, a déclaré jeudi un responsable de la Commission internationale des personnes disparues (ICMP).

L’organisation basée à La Haye, créée à la suite des guerres des Balkans des années 1990, a ouvert un bureau à Kyiv en juillet pour aider l’Ukraine à documenter et à retrouver les personnes disparues.

Le directeur du programme de l’ICMP pour l’Europe, Matthew Holliday, a déclaré qu’il n’était pas clair combien de personnes avaient été transférées de force, étaient détenues en Russie, étaient vivantes et séparées des membres de leur famille, ou étaient décédées et avaient été enterrées dans des tombes de fortune.

Le processus d’enquête sur les disparus en Ukraine durera des années même après l’arrêt des combats, a déclaré Holliday à Reuters dans une interview. Le chiffre de 15 000 est prudent si l’on considère que dans la seule ville portuaire de Marioupol, les autorités estiment que jusqu’à 25 000 personnes sont mortes ou portées disparues.

“Les chiffres sont énormes et les défis auxquels l’Ukraine est confrontée sont vastes. En outre, ils mènent également une guerre en cours contre la Fédération de Russie”, a déclaré Holliday.

Il parlait après que le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy ait exigé que les Nations Unies punissent la Russie pour ses frappes aériennes sur des infrastructures civiles, après qu’un barrage de missiles a plongé les villes ukrainiennes dans une obscurité glaciale.

– Des échantillons d’ADN –

En stockant des échantillons d’ADN dans une base de données et en recherchant des correspondances avec des proches, l’ICMP a recensé plus de 27 000 des 40 000 personnes portées disparues lors des conflits en ex-Yougoslavie.

À Kyiv, l’ICMP a commencé à collecter des échantillons d’ADN et renforce ses capacités pour un processus pluriannuel qui aidera également les procureurs à monter des dossiers de crimes de guerre.

“Ce qui est essentiel maintenant, c’est de mettre en place toutes les mesures appropriées pour garantir qu’un maximum de personnes puissent être identifiées”, a déclaré Holliday.

“La grande majorité des personnes disparues, celles qui sont décédées, sont victimes de crimes de guerre, et les auteurs doivent être tenus responsables.”