La guerre russo-ukrainienne en direct : Zelenskiy condamne la « terreur énergétique » lors d’une réunion de l’ONU après la mort de 10 personnes lors des dernières frappes de masse | Ukraine

Les évènements clés

La Hongrie fournira 187 millions d’euros (195 millions de dollars) d’aide financière à l’Ukraine en tant que contribution à un programme de soutien prévu par l’UE d’une valeur pouvant atteindre 18 milliards d’euros en 2023, selon un décret gouvernemental.

Le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban a déclaré qu’il était prêt à payer sa part de soutien à l’Ukraine, mais qu’il préférait la payer de manière bilatérale plutôt que par le biais d’un emprunt conjoint de l’UE, a rapporté Reuters.

“Le gouvernement continue de s’engager à participer au soutien financier à l’Ukraine en proie à la guerre”, a déclaré le gouvernement dans le décret.

“Il demande donc au ministre des Finances de s’assurer de fournir les 187 millions d’euros qui seraient la part de la Hongrie dans le prêt de 18 milliards d’euros de l’UE à accorder à l’Ukraine.”

Le décret, signé par Orban, indique également que le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto devrait entamer des pourparlers avec l’Ukraine pour élaborer un accord nécessaire à l’aide financière.

Pour sécuriser les fonds des prêts, que l’Ukraine devra rembourser dans un délai de 35 ans, la Commission européenne emprunterait sur les marchés des capitaux.

Cependant, les propositions pour le paquet devront être approuvées par le Parlement européen et les 27 États membres de l’UE et la Hongrie ont déclaré qu’ils ne participeraient pas à l’emprunt conjoint.

L’Ukraine s’attend à ce que trois centrales nucléaires qui ont été éteintes en raison des tirs de missiles russes mercredi soient à nouveau opérationnelles jeudi soir, a déclaré le ministre de l’Energie German Galushchenko.

“Nous prévoyons que d’ici le soir, les centrales nucléaires commenceront à fonctionner, fournissant de l’énergie au réseau, ce qui réduira considérablement le [energy] déficit », a-t-il déclaré dans des commentaires diffusés à la télévision nationale.

Plus des deux tiers de la capitale ukrainienne étaient toujours sans électricité jeudi matin et un certain nombre d’habitants n’avaient pas d’eau courante, un jour après que les frappes de missiles russes ont causé les plus grandes pannes de Kyiv en neuf mois de guerre.

La capitale a été l’une des principales cibles de la dernière vague d’attaques contre des installations énergétiques qui ont coupé l’électricité dans de nombreuses régions et rendu nécessaires des coupures de courant d’urgence dans d’autres pour économiser l’énergie et permettre des réparations à l’approche de l’hiver.

La température a plongé en dessous de zéro degré Celsius pendant la nuit dans une ville qui comptait 2,8 millions d’habitants avant la guerre et où il neige déjà et les rues sont glacées, a rapporté Reuters.

Le maire de Kyiv, Vitali Klitschko, a déclaré que les électriciens et les réparateurs faisaient tout pour rétablir le courant “aussi vite que possible”, mais que la reprise dépendrait en grande partie de “l’équilibre” énergétique global du réseau national.

Kyrylo Timochenko, chef de cabinet adjoint du président Volodymyr Zelenskiy, a déclaré que l’alimentation électrique avait été rétablie dans les régions de Kirovohrad et Vinnytsia.

Dans le sud, le gouverneur de la région de Mykolaïv, Vitali Kim, a appelé les Ukrainiens à être aussi économes que possible dans leur utilisation du pouvoir.

“La consommation a augmenté ce matin [which is logical]il n’y a pas assez de capacité dans le système pour l’activer pour plus de consommateurs !! », a-t-il écrit sur l’application de messagerie Telegram.

« Le système énergétique est uni comme nous le sommes tous ! Si vous avez éteint quelques lumières inutiles, c’est vraiment important !!!”

Des militaires ukrainiens tirent vers des positions russes sur la ligne de front près de Kherson, dans le sud de l’Ukraine.

Des militaires ukrainiens tirent vers des positions russes sur la ligne de front près de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, le mercredi 1er novembre. 23, 2022. Photographie : Bernat Armangué/AP

Les batailles au sol continuent de faire rage dans l’est de l’Ukraine, où la Russie lance une offensive le long d’un tronçon de la ligne de front à l’ouest de la ville de Donetsk, qui est détenue par ses mandataires depuis 2014, rapporte Reuters.

L’état-major ukrainien a déclaré que les forces russes avaient de nouveau tenté d’avancer sur leurs principales cibles dans la région de Donetsk – Bakhmut et Avdiivka. Les forces russes ont bombardé les deux zones et utilisé des engins incendiaires pour incendier les positions ukrainiennes avec un succès limité, a déclaré l’état-major.

Parmi ceux qui combattent les Russes à Bakhmut se trouve une unité de combattants tchétchènes, qui espèrent qu’une victoire ukrainienne pourrait déclencher une crise politique en Russie et faire tomber le puissant dirigeant pro-Moscou de Tchétchénie.

Plus au sud, les forces russes creusaient sur la rive est du fleuve Dnipro, a déclaré l’état-major général, bombardant des zones de la rive ouest, y compris la ville de Kherson, qui a récemment été récupérée par les forces ukrainiennes.

Reuters n’a pas été en mesure de vérifier immédiatement les comptes du champ de bataille.

La démission russe a débloqué un comité clé de l’UNESCO

La démission de l’ambassadeur de Russie auprès de l’UNESCO mettra fin à l’impasse d’un groupe clé qu’il présidait et chargé de préserver les sites culturels dans le monde, a indiqué à l’AFP une source diplomatique.

Le Comité du patrimoine mondial, chargé d’ajouter des biens à la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO, n’a pas pu fonctionner pendant des mois après la réaction internationale contre l’invasion russe de l’Ukraine.

“J’ai l’honneur de vous informer de la fin de ma mission de délégué permanent de la Fédération de Russie auprès de l’UNESCO”, a déclaré mardi l’ambassadeur russe Alexander Kuznetsov dans une lettre aux membres du Comité du patrimoine mondial obtenue par l’AFP.

Cette démission permettra au comité de “nommer rapidement un nouveau président” et de reprendre ses activités, a déclaré à l’AFP un diplomate onusien. La position de la Russie en tant que président du comité avait suscité un tollé parmi les autres membres après l’invasion de l’Ukraine par Moscou en février.

Le comité devait se réunir en juin dans la ville russe de Kazan, mais 46 pays, dont la France et le Royaume-Uni, ont boycotté l’événement. La réunion était censée mettre à jour les paysages, les monuments et les villes inclus dans la liste des sites du patrimoine de l’organisme.

Les règlements de l’UNESCO stipulent que les remplaçants d’un président de comité démissionnaire doivent être nommés par le pays qui suit dans l’ordre alphabétique en anglais.

Mercredi, l’armée ukrainienne a déclaré que les forces russes avaient tiré environ 70 missiles de croisière sur des cibles à travers le pays et avaient également déployé des drones d’attaque.

Les frappes ont tué 10 personnes et déconnecté trois centrales nucléaires du réseau, ont indiqué des responsables.

Le ministère de l’Énergie du pays a déclaré que l’approvisionnement avait été coupé pour “la grande majorité des consommateurs d’électricité”. Tout Kyiv a perdu de l’eau, a déclaré le maire de la capitale, Vitali Klitschko. L’administration de la ville a déclaré que l’eau et le chauffage reviendraient dans les bâtiments résidentiels jeudi matin.

Tard mercredi, le chef adjoint du bureau présidentiel ukrainien a déclaré que Kyiv et plus d’une douzaine de régions, dont Lviv et Odessa dans le sud, avaient été reconnectées au réseau électrique.

Klitschko a déclaré que 21 des 31 missiles visant Kyiv ont été abattus avant d’avoir atteint leurs cibles. L’un des 10 qui a échappé aux défenses a frappé un immeuble à Vyshgorod, une banlieue nord de la ville, tuant trois personnes et en blessant 15.

Il y avait un jardin d’enfants au rez-de-chaussée du bâtiment, mais il a été évacué après le déclenchement des sirènes du raid aérien. L’explosion a laissé un cratère de trois mètres devant le bâtiment, détruit des appartements autour de celui-ci, soufflé la cime des arbres voisins et détruit une aire de jeux pour enfants.

Plus tôt dans la journée, un nouveau-né a été tué lorsqu’une roquette russe a frappé une maternité d’hôpital dans le sud de l’Ukraine. Le service d’urgence de l’État ukrainien a déclaré qu’une femme avec son bébé de deux jours et un médecin se trouvaient dans l’établissement de la ville de Vilniansk, près de la ville de Zaporizhzhia, lorsqu’il a été touché. La mère et le médecin ont été tirés vivants des décombres par les secouristes, mais le bébé est décédé, a-t-il déclaré sur l’application de messagerie Telegram.

Rapport de Lorenzo Tondo et Julian Borger de Kyiv :

De nouvelles frappes russes ont frappé le réseau électrique ukrainien déjà défaillant, provoquant des pannes d’électricité dans tout le pays et dans la Moldavie voisine. Lors d’attaques, le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a déclaré à l’ONU qu’elles constituaient “un crime évident contre l’humanité”.

S’adressant à une réunion urgente du Conseil de sécurité de l’ONU mercredi soir, Zelenskiy a déclaré que l’Ukraine présenterait une résolution condamnant “toute forme de terreur énergétique”. Se référant au veto probable de la Russie, a-t-il déclaré, “c’est un non-sens que le droit de veto soit garanti pour la partie qui mène cette guerre”.

“Nous ne pouvons pas être l’otage d’un terroriste international”, a déclaré Zelenskiy.

Il a également invité l’ONU à envoyer des experts pour examiner et évaluer les infrastructures critiques de l’Ukraine.

“Quand nous avons une température en dessous de zéro et des dizaines de millions de personnes sans approvisionnement en énergie, sans chauffage, sans eau, c’est un crime contre l’humanité évident”, a déclaré Zelenskiy au conseil de sécurité par liaison vidéo :

Sommaire

Bonjour, je m’appelle Helen Sullivan et vous lisez la couverture en direct du Guardian sur la guerre en Ukraine.

Mercredi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a exhorté le Conseil de sécurité des Nations unies à agir contre la Russie au sujet de frappes aériennes sur des infrastructures civiles qui ont de nouveau plongé les villes ukrainiennes dans l’obscurité et le froid alors que l’hiver s’installe.

La Russie a déclenché mercredi un barrage de missiles à travers l’Ukraine, tuant 10 personnes, forçant la fermeture de centrales nucléaires et coupant l’approvisionnement en eau et en électricité dans de nombreux endroits.

“Aujourd’hui n’est qu’un jour, mais nous avons reçu 70 missiles. C’est la formule russe de la terreur. Tout cela est contre notre infrastructure énergétique… Les hôpitaux, les écoles, les transports, les quartiers résidentiels ont tous souffert”, a déclaré Zelenskiy via une liaison vidéo avec la salle du conseil.

Au moins 10 personnes ont été tuées dans les frappes, a déclaré le ministre de l’Intérieur Denys Monastyrsky, dont un bébé de deux jours.

  • Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a exhorté le Conseil de sécurité des Nations Unies à agir contre la Russie au sujet des frappes aériennes sur les infrastructures civiles qui ont de nouveau plongé les villes ukrainiennes dans l’obscurité et le froid à l’approche de l’hiver. La Russie a déclenché mercredi un barrage de missiles à travers l’Ukraine, tuant 10 personnes, forçant la fermeture de centrales nucléaires et coupant l’approvisionnement en eau et en électricité dans de nombreux endroits.

  • La Moldavie voisine a déclaré qu’elle subissait des coupures de courant massives causées par le barrage de missiles et sa présidente favorable à l’UE, Maia Sandu, a accusé la Russie de laisser son pays “dans le noir”.

  • Les gouvernements de l’Union européenne ne sont pas parvenus à un accord mercredi sur le niveau auquel plafonner les prix du pétrole russe transporté par la mer dans le cadre du programme du G7 et reprendra les pourparlers, ont déclaré des diplomates européens. Plus tôt jeudi, les représentants de l’UE se sont rencontrés à Bruxelles. Cette décision fait partie des sanctions destinées à réduire les revenus de Moscou provenant de ses exportations de pétrole afin qu’elle ait moins d’argent pour financer l’invasion de l’Ukraine.

  • La chef des affaires politiques de l’ONU, Rosemary DiCarlo, a déclaré mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU que l’échange de 35 prisonniers russes et de 36 prisonniers ukrainiens était une évolution positive au milieu des “nouvelles sombres” des frappes russes contre l’Ukraine. DiCarlo a encouragé les parties à poursuivre les libérations de prisonniers et à respecter le droit international humanitaire en ce qui concerne les prisonniers de guerre, rapporte Reuters.

  • Un tribunal russe a prolongé mercredi de six mois la détention de l’opposant Ilya Yashin, qui risque d’être emprisonné pendant 10 ans pour avoir dénoncé l’agression du président Vladimir Poutine contre l’Ukraine. Le conseiller municipal de Moscou, âgé de 39 ans, est sur le banc des accusés dans le cadre d’une répression sans précédent contre la dissidence en Russie, la plupart des militants de l’opposition étant soit en prison, soit en exil. Il risque jusqu’à 10 ans derrière les barreaux s’il est reconnu coupable.

  • Le Kremlin a déclaré mercredi avoir foi dans le “succès” de son offensive en Ukraine. “L’avenir et le succès de l’opération spéciale ne font aucun doute”, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors d’une visite en Arménie, utilisant le terme officiel de Moscou pour décrire l’assaut de la Russie, rapporte l’Agence France-Presse.

  • Les villes européennes ont été invitées à envoyer des générateurs de rechange en Ukraine pour aider le pays à passer l’hiver face aux attaques de la Russie contre les infrastructures électriques. Le réseau électrique ukrainien a de nouveau été bombardé lorsque la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a lancé un appel pour obtenir des générateurs en Ukraine.