Des groupes armés colombiens confinent des personnes dans des maisons et des communautés : NRC | Actualités des groupes armés

Le Conseil norvégien pour les réfugiés appelle à une “paix durable” pour mettre fin aux restrictions à la liberté de mouvement à travers la Colombie.

Des groupes armés en Colombie confinent les gens dans leurs maisons et leurs communautés dans le but d’exercer un contrôle sur le territoire, a déclaré le Conseil norvégien pour les réfugiés, qui a appelé les autorités à faire davantage pour garantir la libre circulation des citoyens.

Le NRC a déclaré jeudi que des millions de personnes sont touchées par six “conflits armés non internationaux en cours” dans lesquels des groupes armés utilisent le confinement “pour exercer un contrôle sur des communautés et des territoires isolés qui sont souvent utilisés pour des activités illicites”.

“Imaginez être forcé de rester chez vous par des hommes armés – jour après jour. Les confinements en Colombie signifient que vous ne pouvez pas travailler, rendre visite à votre famille ou envoyer vos enfants à l’école”, a déclaré Juan Gabriel Wells, directeur national par intérim du NRC en Colombie, dans un communiqué.

“Nous appelons le gouvernement colombien et les acteurs armés non étatiques à s’entendre sur une paix durable qui profite aux populations vulnérables touchées par ces restrictions de mouvement inhumaines.”

Jeudi marque le sixième anniversaire d’un accord de paix entre Bogota et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) qui a vu les membres du groupe rebelle de gauche déposer les armes. Mais certains dissidents des FARC ont rejeté l’accord et ont repris les armes.

La violence a augmenté en Colombie depuis la signature de l’accord, en particulier dans les régions du pays qui échappent au contrôle du gouvernement et où des groupes armés sont impliqués dans le trafic de drogue et d’autres activités illicites.

Le week-end dernier, au moins 18 personnes sont mortes dans des combats impliquant des dissidents des FARC et une bande criminelle qui se fait appeler « Comandos de la Frontera » ou « Border Commandos » dans le sud-ouest de la Colombie, près de la frontière avec l’Équateur. Les deux groupes se battaient pour le contrôle des routes du trafic de drogue.

L’incident a marqué le combat le plus meurtrier entre des groupes armés illégaux depuis l’arrivée au pouvoir du président colombien de gauche Gustavo Petro en août.

Petro a promis de ramener la “paix totale” dans le pays après près de six décennies de conflit armé qui a fait au moins 450 000 morts entre 1985 et 2018 seulement.

Et plus tôt cette semaine, le gouvernement de Petro a entamé des pourparlers de paix avec l’Armée de libération nationale (ELN), le plus grand groupe rebelle restant du pays, au Venezuela voisin.

Les délégués ont déclaré dans une déclaration commune qu’ils s’étaient réunis pour relancer un dialogue “avec une pleine volonté politique et éthique, comme l’exigent les populations des territoires ruraux et urbains qui souffrent de violence et d’exclusion, et d’autres secteurs de la société”.

Le premier cycle de négociations durera 20 jours, avec des diplomates du Venezuela, de Cuba et de la Norvège qui participeront aux négociations, tandis que des représentants du Chili et de l’Espagne observeront le processus.

Citant des chiffres du bureau des affaires humanitaires des Nations unies (UN-OCHA), le NRC a déclaré jeudi que plus de 2,6 millions de personnes avaient vu leurs déplacements restreints jusqu’à présent cette année en raison de la poursuite de la violence, les « communautés autochtones et afro-colombiennes faisant partie des les plus touchés”.

« Les règles imposées par les groupes armés sont : ‘tu ne peux pas sortir’ ; ‘vous ne pouvez pas utiliser cette route;’ ‘nous ne voulons pas voir des gens passer par ici.’ Nous sommes pris au piège », a déclaré Cecil, un enseignant autochtone de la région de la côte du Pacifique, dans le communiqué du NRC.

“Là où j’habite, on a peur de marcher [outside] – nous ne pouvons pas le faire librement », a également déclaré Nelsa, une habitante du sud-ouest de la Colombie.

Le président Gustavo Petro a promis de ramener la “paix totale” en Colombie [File: Nathalia Angarita/Reuters]