Bulul qui a récupéré P36M chez Christie’s appartenant autrefois au fils du «père de l’anthropologie philippine»

Le bulul ou dieu du riz en bois sculpté d’Ifugao qui a récemment rapporté 630 000 euros ou 36 millions de pesos lors d’une vente aux enchères à Paris est un élément important du patrimoine culturel des Philippins, a déclaré un anthropologue de l’Université des Philippines.

C’est pourquoi le Dr. Nestor Castro, Ph. D.. est attristé que la figure antique se soit présentée à une vente aux enchères par Christie’s au lieu d’être exposée au Musée national des Philippines.

“Medyo nakakapanghina dahil partage l’héritage culturel des Pilipinas, quelque chose qui n’appartient qu’à maipagmalaki, maipagmambadang. Mais maintenant, c’est bon pour les Pilipino et peut aller dans les musées”, a déclaré Castro à GMA Integrated News.

Outre son antiquité, Castro a déclaré que le bulul restait une partie importante de la vie à Ifugao.

“Dahil il y a yitabi de mga ifugao en palay ng palay. C’est le taaggibantay na gabbat de la fertilité dans pananim et pati na rin dans sino mang nggao de mga ifgao en palay ng palay”, a déclaré Castro.

Le site de Christie’s a estimé la valeur de la figurine entre 200 000 et 300 000 euros mais elle a finalement été vendue à un prix beaucoup plus élevé.

La maison de vente aux enchères a décrit le bulul comme “un chef-d’œuvre de l’art ifugao” qui “éblouit par l’universalité de sa forme”.

Christie’s a retracé sa provenance à William Gambuk Beyer, le fils de Henry Otley Beyer qui est considéré comme le “père de l’anthropologie philippine”.

Castro a déclaré qu’Henry, qui est venu aux Philippines au début des années 1900, a créé le département d’anthropologie de l’UP.

“Si Beyer est l’unique spécialiste de l’anthropologie aux Philippines à partir de 1914. Depuis 1914 à l’UP de Manille. En 1917, il a construit le département d’anthropologie de l’UP”, a déclaré Castro.

Castro a également déclaré que Beyer avait épousé une femme d’Ifugao et qu’ils avaient un fils nommé William.

Il a ajouté que Beyer, décédé et enterré à Ifugao, était considéré par certains habitants comme l’un des leurs.

“Je crois que l’équipe d’Ifugao rejoindra éventuellement la liste de l’équipe d’Anito. Maintenant, Beyer ne dit pas que l’équipe d’Ifugao sera anito ou l’un des membres de l’équipe”, a déclaré Castro.

Christie’s n’a pas révélé le nouveau propriétaire de la sculpture.

Lisa Guerrero Nakpil, membre du conseil d’administration de la Commission historique nationale des Philippines, a déclaré que la possibilité qu’il ait été acquis par un Philippin ne peut être écartée.

“Les Philippins sont maintenant en mesure de collectionner leur propre art, donc je dirais qu’il y a peut-être plus de 50% de chances qu’il s’agisse d’un collectionneur philippin”, a déclaré Nakpil.

Si le bulul se retrouve dans un musée à l’étranger, Nakpil a déclaré que cela pourrait également profiter aux Philippines.

“Il existe deux écoles de pensée qui ont toutes deux le même mérite. La première est que tous les objets philippins d’importance culturelle doivent rester aux Philippines. L’autre école de pensée est qu’ils doivent être partagés avec le monde”, a déclaré Nakpil.

“Lorsque vous placez cela dans des musées comme le Louvre, la Tate ou le Metropolitan à New York, vous donnez aux Philippins un aperçu de son identité, de son importance et même de sa reconnaissance sur la scène mondiale”, a-t-elle ajouté. —N.-B., Nouvelles intégrées de la GMA