Sturgeon déclare que le mandat du référendum est “indéniable” après que les juges ont déclaré que l’Écosse ne peut pas organiser de vote pour l’indépendance – en direct | Politique

Sturgeon répond à la décision de la Cour suprême, déclarant que le mandat du référendum est “indéniable”

Nicolas Sturgeonpremier ministre écossais, répond à la décision de la Cour suprême.

Elle dit que le gouvernement écossais respecte la loi.

Mais la Cour suprême ne fait pas la loi, et la loi n’est pas compatible avec la démocratie, dit-elle.

Elle dit que le tribunal n’a pas statué sur l’existence d’un mandat démocratique pour un référendum. Elle dit que le fait qu’il y ait un mandat est “indéniable”.

Et le tribunal n’a pas examiné si l’Écosse devait être indépendante, ni comment l’indépendance pourrait être obtenue autrement, dit-elle.

Les évènements clés

Filtres BÊTA

Esturgeon répond maintenant aux questions.

Q : Quel résultat d’élection serait un mandat pour l’indépendance ? Et si vous perdez, la campagne pour l’indépendance est-elle terminée ?

Esturgeon dit qu’elle n’est qu’une personne. Ce ne serait pas à elle de dire que la campagne pour l’indépendance serait terminée.

Elle dit vouloir que le parti dans son ensemble soit impliqué dans le débat sur la campagne.

L’Ecosse ne peut devenir indépendante que si une majorité de personnes votent pour elle, dit-elle.

C’est de la BBC Philippe Sim sur l’annonce de Nicola Sturgeon d’une conférence spéciale SNP. (Voir 10h50.)

Nicola Sturgeon sait qu’elle est sur le point de faire face à de nombreuses questions sur le fonctionnement d’un “référendum de facto” ; cette conférence spéciale est une tentative de repousser un peu ces questions, alors qu’elle cherche également à repousser la question des mandats démocratiques sur le gouvernement britannique https://t.co/X6elcAshNO

– Philippe Sim (@BBCPhilipSim) 23 novembre 2022

Sturgeon dit que le SNP tiendra une conférence spéciale au cours de la nouvelle année pour décider comment la prochaine élection peut être un vote d’indépendance de facto

Esturgeon dit que le jugement sape la prétention du Royaume-Uni à être un partenariat volontaire de nations.

Elle dit que la décision n’a fermé qu’une seule route vers l’Écosse en choisissant l’indépendance.

Elle dit que le gouvernement britannique pourrait encore décider d’autoriser un référendum. Mais elle dit qu’elle n’ira pas « casquette à la main » vers eux, et elle s’attend à ce qu’ils continuent de refuser un référendum.

Elle dit qu’elle ne renoncera pas à demander un vote sur l’indépendance. Le prochain vote est l’élection générale, et il y a une opportunité évidente de traiter cela comme un référendum de facto sur l’indépendance.

Elle dit qu’aucun parti ne peut dire aux gens sur quelle base ils doivent voter.

Mais elle dit que transformer les prochaines élections en un référendum de facto n’est plus hypothétique.

Elle dit que le SNP devra décider de la proposition précise qu’il soumettra aux électeurs. Et il devra décider de ce qui se passerait ensuite s’il devait remporter la majorité aux élections générales.

Elle dit qu’elle demandera au SNP de tenir une conférence spéciale du parti au cours de la nouvelle année pour discuter de la position du parti à ce sujet.

Esturgeon dit que la décision signifie que le gouvernement écossais ne peut pas tenir le référendum que le peuple écossais lui a demandé de tenir.

Elle dit que ce n’est pas le résultat qu’elle voulait. Mais ça donne de la clarté. Elle poursuit :

Avoir cette clarté le plus tôt possible nous permet maintenant de planifier une voie à suivre, aussi imparfaite soit-elle.

Sturgeon dit qu’elle s’attend à voir un certain triomphalisme de la part des syndicalistes. Mais ce serait une erreur, dit-elle.

(En fait, à en juger par leurs réponses – voir 10h47 ou 11h07, par exemple – certains syndicalistes font de leur mieux pour éviter de paraître triomphalistes.)

Sturgeon répond à la décision de la Cour suprême, déclarant que le mandat du référendum est “indéniable”

Nicolas Sturgeonpremier ministre écossais, répond à la décision de la Cour suprême.

Elle dit que le gouvernement écossais respecte la loi.

Mais la Cour suprême ne fait pas la loi, et la loi n’est pas compatible avec la démocratie, dit-elle.

Elle dit que le tribunal n’a pas statué sur l’existence d’un mandat démocratique pour un référendum. Elle dit que le fait qu’il y ait un mandat est “indéniable”.

Et le tribunal n’a pas examiné si l’Écosse devait être indépendante, ni comment l’indépendance pourrait être obtenue autrement, dit-elle.

Après les logements familiaux, il y aura une question urgente aux Communes sur le jugement de la Cour suprême. Ian Blackford, le chef du SNP à Westminster, a déposé la question. Il veut que le Premier ministre réponde, mais un autre ministre pourrait répondre.

Je vais le couvrir en entier.

De la BBC James cook

Nicolas Sturgeon est sur le point de livrer sa réponse au jugement de la Cour suprême. Il y a un flux en direct ici.

Voici notre vidéo du prononcé du jugement de la Cour suprême.

Cour suprême: l’Ecosse ne peut pas organiser un nouveau référendum sur l’indépendance sans l’approbation de Westminster – vidéo

Le gouvernement britannique exhorte Holyrood à mettre l’indépendance de côté et à se concentrer sur les «problèmes qui comptent le plus» pour les gens après la décision du tribunal

Alistair Jack, le secrétaire écossais, a salué le jugement de la Cour suprême et a exhorté le gouvernement écossais à mettre l’indépendance de côté et à se concentrer sur d’autres questions qui, selon lui, importent davantage aux Écossais. Dans un communiqué, il déclare :

Nous notons et respectons la décision unanime de la Cour suprême aujourd’hui.

Les Écossais veulent que leurs deux gouvernements concentrent toute leur attention et leurs ressources sur les problèmes qui leur importent le plus. C’est pourquoi nous nous concentrons sur des questions telles que le rétablissement de la stabilité économique, l’aide dont les gens ont besoin pour régler leurs factures d’énergie et le soutien de notre NHS.

Des partisans de l’indépendance devant la Cour suprême ce matin. Photographie : Alberto Pezzali/AP

Salmond critique Sturgeon pour avoir entraîné les nationalistes dans une “impasse” et appelle à une campagne de protestation en faveur de l’indépendance

Alex Salmond, l’ancien Premier ministre SNP qui dirige maintenant le parti Alba, a déclaré qu’à la lumière de la décision de la Cour suprême d’aujourd’hui, les nationalistes devraient utiliser “une campagne civique de protestation et d’action” pour faire pression pour l’indépendance. Dans un communiqué, il déclare :

La décision d’aujourd’hui doit maintenant être l’étincelle qui enflamme un nouveau mouvement populaire comme celui de la campagne du oui de 2014. Le parti Alba a ouvert la voie en matière d’interventions parlementaires au parlement britannique et nous appelons les autres à nous rejoindre. Cela doit également s’accompagner d’une campagne civique de protestation et d’action dans toute l’Écosse et d’une convention d’indépendance pour diriger la campagne.

L’avenir de l’Écosse doit être remis entre les mains de l’Écosse – et non d’un parlement ou d’un tribunal à Londres.

Salmond s’est brouillé amèrement avec Nicola Sturgeon, qui était autrefois son protégé, au sujet de la gestion par le gouvernement écossais des allégations d’inconduite sexuelle contre lui, et il dit qu’en portant l’affaire devant la Cour suprême, Sturgeon “a mené le mouvement national à une aveugle complète”. ruelle”. Il explique:

La décision de la Cour suprême aujourd’hui est le résultat d’un mauvais pari qui n’a pas payé. Ce qui aurait dû se passer, c’est que le parlement écossais aurait dû adopter la législation pour un référendum sur l’indépendance et forcer le gouvernement britannique à être celui qui l’a contestée. Les vrais parlements ne demandent pas la permission de mettre en œuvre leur mandat démocratique. Bien que le verdict ne soit guère une surprise, il soulève maintenant la question de savoir quelle est la voie démocratique permettant aux Écossais de déterminer leur propre avenir ?

Il dit aussi que les syndicalistes ne devraient pas célébrer la victoire.

Les unionistes doivent se méfier dans leur joie car la leçon de l’histoire est que vous pouvez reporter la démocratie mais vous ne pouvez pas la nier.

Alex Salmond
Alex Salmond. Photographie : Stefan Rousseau/PA

Les dirigeants travaillistes écossais disent que les Écossais veulent du changement – ​​mais pas un autre référendum ou l’indépendance

Anas Sarwar, le leader travailliste écossais, a salué la décision de la Cour suprême. Il dit que les Ecossais veulent du changement – mais pas un autre référendum, ni l’indépendance.

De l’éditeur politique de BBC Scotland, Glenn Campbell

Si la décision était allée dans son sens, @NicolaSturgeon serait à sa résidence officielle en tant que premier ministre annonçant des plans pour #indyref2 législation

Au lieu de cela, elle met son chapeau de chef du SNP pour une conférence de presse dans un hôtel sur les prochaines étapes de la campagne d’indépendance

—Glenn Campbell (@GlennBBC) 23 novembre 2022

L’Écosse dans l’Union, la campagne pro-syndicale, a salué le jugement de la Cour suprême. Dans un communiqué, sa directrice générale, Pamela Nash, a déclaré :

Nous avons maintenant un verdict clair de la Cour suprême confirmant que le SNP et les Verts ne peuvent pas organiser un référendum de leur propre chef.

Ils doivent maintenant écouter la grande majorité des Écossais qui ne veulent pas d’un deuxième référendum qui divise et qui veulent voter sur les questions qui comptent vraiment lors des prochaines élections générales, comme la résolution de la crise du coût de la vie.

Il est temps que le gouvernement abandonne son obsession de briser notre pays et se concentre sur les priorités du peuple, pas sur celles du SNP.

Nash mentionne les élections générales parce que Nicola Sturgeon a déclaré que si la Cour suprême n’autorisait pas un deuxième référendum sur l’indépendance, elle traiterait les prochaines élections générales comme un vote de facto sur l’indépendance.

Elle pourrait élaborer davantage à ce sujet lorsqu’elle parlera à 11h30. Voir 10h22.