La rougeole, une menace mondiale imminente en raison de la pandémie de COVID : OMS, CDC

Washington: Il existe désormais une menace imminente de propagation de la rougeole dans diverses régions du monde, car le COVID-19 a entraîné une baisse constante de la couverture vaccinale et un affaiblissement de la surveillance de la maladie, ont déclaré mercredi l’Organisation mondiale de la santé et l’agence américaine de santé publique.

La rougeole est l’un des virus humains les plus contagieux et est presque entièrement évitable par la vaccination. Cependant, il faut une couverture vaccinale de 95% pour prévenir les épidémies parmi les populations.

L’OMS et le CDC ont rapporté que seuls 81 % des enfants environ avaient reçu leur première dose de vaccin contre la rougeole, tandis que 71 % avaient reçu leur deuxième dose, ce qui représente les taux de couverture mondiaux les plus bas de la première dose contre la rougeole depuis 2008.

Une infirmière autorisée et coordonnatrice de la sensibilisation à la vaccination administre une vaccination à Mount Vernon, Ohio en 2019.Le crédit:PA

Un record de près de 40 millions d’enfants a manqué une dose de vaccin contre la rougeole en 2021 en raison des obstacles créés par la pandémie de COVID, ont déclaré l’OMS et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis dans un rapport conjoint.

Alors que les cas de rougeole n’ont pas encore augmenté de façon spectaculaire par rapport aux années précédentes, il est maintenant temps d’agir, a déclaré à Reuters le responsable de la rougeole de l’OMS, Patrick O’Connor.

“Nous sommes à la croisée des chemins”, a-t-il déclaré mardi. “Ce sera 12 à 24 mois très difficiles pour essayer d’atténuer cela.”

Chargement

Une combinaison de facteurs tels que des mesures de distanciation sociale persistantes et la nature cyclique de la rougeole peut expliquer pourquoi il n’y a pas encore eu d’explosion de cas malgré l’élargissement des lacunes immunitaires, mais cela pourrait changer rapidement, a déclaré O’Connor, soulignant la nature hautement contagieuse de la maladie.

L’OMS a déjà constaté une augmentation des grandes épidémies perturbatrices depuis le début de 2022, passant de 19 à près de 30 en septembre, a déclaré O’Connor, ajoutant qu’il était particulièrement préoccupé par certaines parties de l’Afrique subsaharienne.