La crise ukrainienne pourrait transformer l’avenir de la neutralité

L’écrivain dirige le Centre sur les États-Unis et l’Europe à la Brookings Institution

Riche, neutre, à l’abri des voisins agressifs ou démunis par des chaînes de montagnes escarpées : la Suisse est le pays que certains Allemands souhaiteraient avoir. Les relations entre Berne et Berlin ont eu tendance à se dérouler sans heurts. Mais l’invasion de l’Ukraine par la Russie envoie des frissons de perturbation politique à travers le continent européen, et ils ne s’arrêtent pas aux Alpes.

“La Suisse en tant que problème” titrait un récent dirigeant d’un journal allemand conservateur qui n’était pas porté autrement à l’hyperbole. La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a écrit des lettres de colère à son homologue à Berne concernant plus de munitions pour les canons de défense aérienne Gepard que Berlin a envoyés à Kyiv. Les récentes attaques de missiles de la Russie sur des cibles à travers l’Ukraine ajoutent à l’urgence de l’appel.

Les 12 000 cartouches de 35 mm en question ont été fabriquées en Suisse, qui dispose d’un droit de veto sur leur revente ou leur donation. Berne a formellement refusé deux demandes de Berlin pour autoriser la réexportation vers Kyiv – et ses mains sont en effet liées par ses règles juridiques strictes en matière d’exportation d’armements.

Le différend a exacerbé le débat en Suisse sur la viabilité et la valeur de sa tradition sacrée de neutralité à un moment où la guerre est revenue en Europe. Dans le passé, ce principe a été interprété avec une dose de pragmatisme : il n’a pas empêché Berne d’envoyer des soldats dans des missions militaires de l’UE, ni ses forces armées de travailler avec l’Otan. Mais il ne rejoindra aucune alliance militaire ; il a mis fin à un accord-cadre avec l’UE en 2021 et a refusé d’autoriser les avions de l’OTAN à faire voler des armes dans l’espace aérien suisse.

Pour être juste, les Suisses ont condamné sans équivoque l’agression du Kremlin, accueilli des réfugiés ukrainiens et reflété presque toutes les sanctions de l’UE contre Moscou, y compris le gel des avoirs contre des centaines de personnes liées à Vladimir Poutine, dont beaucoup ont des comptes bancaires en Suisse ( valeur estimée à au moins 100 milliards de dollars). Plus important encore, le commerce des matières premières russes a été freiné – 80 % du pétrole russe était négocié à Genève avant la guerre.

Pour l’UDC, populiste et isolationniste, c’est déjà un anathème. Son dirigeant, Christoph Blocher, a accusé son pays d'”avoir encouragé la mort de jeunes soldats russes”.

D’autres recherchent un changement beaucoup plus important. Le chef du parti libéral Thierry Burkart veut que la Suisse se penche sur le partenariat avec l’OTAN ; les dirigeants des sociaux-démocrates appellent à plus de coopération avec l’UE. Gerhard Pfister, chef du parti Mitte (Centre) a exigé que la loi suisse soit modifiée pour permettre à l’Allemagne d’envoyer des munitions à l’Ukraine – parce que, a-t-il dit, “nous aussi nous sommes défendus à Kyiv”. Fin octobre, un gouvernement suisse alarmé a tenté d’étouffer l’argument avec un hymne de 38 pages au statu quo.

Pendant ce temps, d’autres pays neutres ont également reconsidéré discrètement leurs relations avec l’Otan, notamment compte tenu des décisions de la Finlande et de la Suède de demander leur adhésion après l’invasion de l’Ukraine. L’Autriche, comme la Suisse, préfère conserver ses principes tout en étant très flexible dans la pratique. Pourtant, une lettre ouverte signée par plus de 50 intellectuels publics a qualifié cette position de “non seulement insoutenable mais dangereuse pour notre pays”.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères et de la Défense, Simon Coveney, a appelé à une “refonte fondamentale” de la posture de sécurité de Dublin – un examen de la défense du gouvernement a révélé qu’il “manquait d’une capacité militaire crédible pour protéger l’Irlande”. Mais il a ajouté qu’il était peu probable que l’Irlande rejoigne l’OTAN “de sitôt”.

Berne, Vienne et Dublin sont éloignées des combats en Ukraine. Néanmoins, ils se battent pour augmenter leurs budgets de défense (de moins de 1 % à plus de 1 % du PIB d’ici la fin de la décennie). Mais cela suffira-t-il ? Tous trois sont profondément intégrés dans les réseaux mondiaux du commerce et de la finance et sensibles à la coercition économique.

Moscou suit de près ces débats internes. En mai, un porte-parole de l’ambassade de Russie à Berne a déclaré que le Kremlin “ne pourrait pas ignorer” un renoncement suisse à la neutralité. La semaine dernière, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a qualifié la discussion en Irlande d'”illogique”. . . et non constructif”. Elle a ajouté, sinistrement : “Comme le montre l’expérience historique, la perte de ses droits souverains n’est rien de bon.”

Son argument est plus justement mis en évidence par les tentatives actuelles de Poutine d’effacer le statut de nation indépendante de l’Ukraine. Les États neutres d’Europe pourraient se demander si la souveraineté n’est pas mieux protégée par une alliance.