Iraniens lors de la manifestation contre la Coupe du monde pendant le match Iran contre Angleterre

La FIFA a tenté de poursuivre la Coupe du monde alors même qu’elle fait face au déluge de critiques.

Lundi, sept pays européens ont abandonné leur projet de porter un brassard arc-en-ciel signalant l’anti-discrimination et l’inclusion après que la FIFA a menacé de les punir pour cela, notamment en leur remettant des cartons jaunes automatiques.

Les capitaines d’Angleterre, du Pays de Galles, de Belgique, du Danemark, d’Allemagne, des Pays-Bas et de Suisse avaient prévu de porter des brassards arc-en-ciel OneLove lors de leurs matchs. Mais leurs associations de football respectives ont déclaré plus tard dans un communiqué conjoint qu’elles n’étaient plus “en mesure” de le faire en raison des menaces de la FIFA.

“Nous étions prêts à payer des amendes qui s’appliqueraient normalement aux infractions à la réglementation sur les kits et nous nous étions fermement engagés à porter le brassard”, ont déclaré les associations. “Cependant, nous ne pouvons pas mettre nos joueurs dans la situation où ils pourraient être avertis ou même contraints de quitter le terrain de jeu.”

À la veille du match d’ouverture de dimanche, le président de la FIFA, Gianni Infantino, a riposté aux critiques dans un discours scandaleux dans lequel il a affirmé comprendre la discrimination à l’encontre des groupes marginalisés car, enfant, il avait été victime d’intimidation pour avoir les cheveux roux et des taches de rousseur.

“Aujourd’hui, je me sens qatari. Aujourd’hui, je me sens arabe. Aujourd’hui, je me sens africain. Aujourd’hui, je me sens gay. Aujourd’hui, je me sens handicapé. Aujourd’hui, je me sens travailleur migrant”, a déclaré Infantino. “Bien sûr, je ne suis pas Qatari, je ne suis pas Arabe, je ne suis pas Africain, je ne suis pas gay, je ne suis pas handicapé. Mais j’en ai envie, parce que je sais ce que cela signifie d’être discriminé, d’être victime d’intimidation. “