Le Qatar ouvre la Coupe du monde avec une somptueuse cérémonie d’une demi-heure

L’acteur oscarisé Morgan Freeman a tendu une main gantée de jaune à un ambassadeur de la Coupe du Monde de la FIFA souffrant d’un rare trouble de la colonne vertébrale dans une image destinée à représenter l’inclusion dans un pays confronté à des critiques internationales sur son bilan en matière de droits de l’homme.

Ce n’était pas le plus grand moment de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde en sept actes de dimanche avant le match entre le pays hôte, le Qatar, et l’Équateur. Les plus grandes acclamations étaient réservées aux dirigeants du Moyen-Orient et d’Afrique qui regardaient depuis leurs suites de luxe dans le stade Al Bayt inspiré des tentes bédouines.

En fait, c’est le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani qui s’est attiré un tonnerre d’applaudissements dans un court discours prononcé en arabe depuis la suite.

“Nous avons travaillé dur, avec de nombreuses personnes, pour en faire l’un des tournois les plus réussis”, a-t-il déclaré. “Nous avons déployé tous les efforts et investi pour le bien de toute l’humanité.”

Il était assis entre le président de la FIFA, Gianni Infantino, et son père, le cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, qui a remporté la Coupe du monde pour la petite nation du golfe il y a 12 ans.

“Comme c’est beau pour les gens de mettre de côté ce qui les divise pour célébrer leur diversité et ce qui les rassemble en même temps”, a déclaré Cheikh Tamim, ses paroles traduites en anglais sur un écran vidéo à l’intérieur du stade.

“Je souhaite à toutes les équipes participantes une magnifique performance de football, un esprit sportif élevé et un moment plein de joie, d’excitation et de plaisir pour vous tous”, a-t-il poursuivi. “Et qu’il y ait des jours qui inspirent la bonté et l’espoir.”

Il a ensuite dit: “Je vous souhaite la bienvenue et bonne chance à tous”, dans ses seuls mots prononcés en anglais.

Cheikh Hamad, considéré comme le modernisateur du Qatar au cours de ses 18 années de règne, a encore ravi la foule en dédicaçant un maillot officiel de la Coupe du monde que lui a remis son fils. Il a ensuite tenu le maillot devant la foule.

Le Qatar, qui compte 3 millions d’habitants, pour la plupart des travailleurs migrants, a dépensé plus de 200 milliards de dollars pour se préparer à la Coupe du monde. Sept nouveaux stades ont été construits, dont le stade Al Bayt de 60 000 places au nord de Doha.

La cérémonie d’ouverture visait à présenter le Qatar au monde à travers sa culture sur le thème du « combler les distances ». Le directeur créatif Ahmad Al Baker voulait que la cérémonie signifie “un rassemblement pour toute l’humanité, une invitation à se rassembler, à combler toutes les différences avec l’humanité, le respect et l’inclusion”.

“Enfin, nous avons atteint le jour de l’ouverture, le jour que vous attendiez avec impatience”, a déclaré Cheikh Tamim. “Nous suivrons, et avec nous le monde entier, si Dieu le veut, la grande fête du football, dans cette vaste ambiance de communication humaine et civilisée.

“Des personnes de races, nationalités, confessions et orientations différentes se réuniront ici au Qatar et autour d’écrans sur tous les continents pour partager les mêmes moments passionnants.”

Ses paroles ont fait mouche alors que Cheikh Tamim était rejoint dans la suite du stade par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi, deux dirigeants qui avaient boycotté le Qatar pendant des années. Les dirigeants de Bahreïn et des Émirats arabes unis, les deux autres nations impliquées dans le boycott, n’étaient pas présents.

Il n’y avait pas de grands dirigeants occidentaux présents, car le Qatar fait l’objet d’un examen minutieux pour son traitement des travailleurs migrants qui ont préparé le pays pour la Coupe du monde, ainsi que de la communauté LGBTQ. Le sexe gay et lesbien est criminalisé au Qatar.

Mais parmi ceux qui ont assisté au match d’ouverture figuraient le secrétaire général de l’ONU António Guterres, le président algérien Abdelmadjid Tebboune, le président sénégalais Macky Sall, le président palestinien Mahmoud Abbas et le président rwandais Paul Kagame.

Le prince héritier du Koweït est venu, ainsi que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé et le président de Djibouti. Était également présent le roi Abdallah II de Jordanie.

Ils ont écouté Jung Kook de BTS, tandis que le chanteur et producteur qatari Fahad Al Kubaisi a lancé le single “Dreamers”, produit spécialement pour la Coupe du monde.

Puis vinrent les remarques d’Infantino, qui s’exprima en arabe, espagnol et enfin anglais pour ouvrir officiellement le tournoi.

“Chers amis, bienvenue, bienvenue à la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022”, a déclaré Infantino en anglais. “Bienvenue pour célébrer le football car le football unit le monde. Et maintenant, accueillons les équipes et que le spectacle commence.”

Alors que “The Business” de Tiesto retentissait sur les haut-parleurs, le Qatar et l’Équateur se sont rendus sur le terrain et la Coupe du monde a officiellement commencé.