Cette ville haïtienne espère devenir une destination de surf

Les ennuis ont commencé en juillet 2018 dans la capitale de Port-au-Prince, à 54 milles au nord.

Le gouvernement venait d’annoncer une augmentation de 50% des prix du carburant à la suite d’un accord avec le Fonds monétaire international, provoquant des manifestations qui ont tourné à la violence, avec des manifestants pillant des magasins et des policiers tirant des gaz lacrymogènes. Les manifestants ont appelé à rendre des comptes, notamment en ce qui concerne la localisation de 2 milliards de dollars de PetroCaribe, un accord pétrolier avec le Venezuela destiné à aider Haïti à investir dans les infrastructures et les programmes sociaux.

La croissance économique s’arrêtait et l’inflation montait en flèche. La question qui préoccupe tout le monde : qu’est-ce qu’Haïti a à offrir pour les 13 milliards de dollars du monde, des milliers de volontaires et d’innombrables projets ?

Les touristes venaient à peine en Haïti – et de nombreux Haïtiens partaient, dont Gilles, qui a déménagé en République dominicaine en décembre 2019 pour deux ans afin qu’il puisse trouver un emploi et économiser de l’argent. Aujourd’hui, il essaie de monter une petite boutique vendant des collations et des boissons à la frontière entre Haïti et la République dominicaine. Bien qu’il ait envie de rester dans le sud d’Haïti, il a déclaré : « Je veux vraiment un travail et me sentir indépendant ».

Environ une demi-douzaine de fondateurs et de membres plus âgés de Surf Haiti faisaient partie de ceux qui sont partis, la plupart aux États-Unis, après être entrés à l’université ou avoir trouvé un emploi.

Quand les planches ont commencé à casser, il n’y avait personne pour en apporter de nouvelles. La cire est devenue rare. Les visiteurs ont ralenti à un filet, et les enfants qui avaient attendu sur le rivage que Pierce revienne des années plus tôt étaient maintenant à l’université, sans perspectives d’emploi et sans revenu.

“Les personnes qui étaient là pour nous motiver et nous soutenir ne sont pas autant venues ici”, a déclaré Andris.

Et puis, la pandémie a frappé. La candidature de Jules pour les Jeux olympiques s’est effondrée lorsqu’il n’a pas pu obtenir le soutien dont il avait besoin de la part des sponsors et des autorités locales de Jacmel. L’année dernière, moins d’une douzaine de personnes se sont présentées aux cours de surf, bien loin des années où autant de personnes se présentaient chaque mois.

Ces derniers mois, des gangs se sont emparés de la route principale sortant de la capitale, la coupant du sud ; peu osent la traverser. Un autre itinéraire, un long tronçon de chemin de terre escarpé et étroit, est trop dangereux s’il y a même un filet de pluie. Les bateaux-taxis sont limités.

Le flux de visiteurs à Kabic Beach est, pour l’instant, pratiquement coupé. Les membres restants de Surf Haïti disent qu’ils prévoient de vendre en ligne des t-shirts avec le logo de l’organisation et des souvenirs artisanaux.

En attendant, c’est surtout des locaux à l’eau, moins d’une demi-douzaine en ce matin d’août. Les habitués apprennent à leurs jeunes frères et sœurs à surfer dans le but de maintenir le sport. Samuel Andris, le frère de 13 ans de Frantzy, est resté près du rivage au cours d’une matinée récente, s’arrêtant pour observer l’accumulation des vagues et essayant d’attraper les plus petites.

Plus loin, Jules a pratiqué ses mouvements les plus avancés. Il en a appris quelques-uns en surfant en République dominicaine en 2019, lors de la seule compétition à laquelle il a participé à l’étranger. Au bout d’un moment, il est sorti de l’eau, a tapoté la tête de son chien adoptif, Brutus, et a gravi les marches jusqu’au patio de la maison abandonnée – la maison de Pierce, il y a des années. Sans perspectives d’emploi ni salle de sport fonctionnelle dans le quartier, Jules passe la plupart de son temps ici à faire des pompes sur l’herbe.

Il rêve toujours de participer à des compétitions de surf au Brésil, à Hawaï et à Tahiti.

“C’est comme quelqu’un qui se réveille et doit marcher”, a déclaré Jules. “Je vois le surf de la même manière.” ●