WaPo reprend l’histoire des “Joyaux de la Couronne” au Royaume-Uni…

Ainsi, Charles, de la famille de Windsor (anciennement connue sous le nom de Saxe-Cobourg-Gotha) sera officiellement “couronné comme roi d’Angleterre, du Pays de Galles et d’Écosse le 26 mai 2023. Il y a quelques semaines, j’ai écrit sur l’opportunité que cela aurait nous donner à considérer les origines impériales des “Joyaux de la Couronne” qui seront exhibés à cette occasion et à construire une campagne pour leur rapatriement vers les peuples/pays auxquels l’Empire britannique les a arrachés.

Maintenant, deux Poste de Washington correspondants à Londres, Carla Adam et Niha Masih, ont repris une partie de cette histoire, à savoir l’histoire et le destin du diamant Koh-i-Noor, qui a été pendant de nombreuses décennies serti dans la couronne portée par la “Queen Consort », en l’occurrence Camilla, anciennement Mme. Parker-Bowles.

J’avais noté dans mon court essai récent sur la question que l’Inde, le Pakistan et l’Afghanistan ont tous revendiqué le rapatriement de ce joyau légendaire. Adam et Masih ajoutent à cette liste de demandeurs l’Iran et le Bangladesh. Fwiw, Bill the Spouse a proposé plusieurs variantes d’une solution diplomatique en vertu de laquelle tous les demandeurs de bonne foi (y compris la Grande-Bretagne ?) pourraient accepter de partager la gemme et de la faire circuler entre eux. Jusqu’à présent, la Grande-Bretagne et ses monarques ont fermement refusé d’en céder le contrôle.

Les “Joyaux de la Couronne” ne sont, bien sûr, que le minuscule cristal à l’extrémité du corps vraiment massif de tous les pillages et pillages entrepris par l’Empire britannique au cours des 450 années au cours desquelles ses pirates, soldats et mercenaires ont exercé leur emprise sur tout le monde. autour du monde. Mais le fait que ces bijoux soient toujours ouvertement affiché à des occasions qui font encore partie intégrante du système politique britannique d’aujourd’hui, on ne peut pas les laisser passer sans préavis.

Rapatriement maintenant !