Le Parlement approuve un prêt de 523 milliards de shillings pour la connectivité des données à l’échelle nationale

Les députés ont approuvé à l’unanimité un prêt de 140 millions de dollars pour financer le projet ougandais d’accélération numérique (UDAP) et l’ont réservé à l’agence de mise en œuvre, la National Information Technology Authority-Uganda.

Dans une rare démonstration d’unanimité inhabituelle pour les demandes de prêt, le seul cavalier de l’opposition a fait en sorte que l’argent soit strictement fourni à NITA-U, dans le but apparent de le protéger d’une application générale à l’aide budgétaire, qui le répartirait sur tous les votes.

S’exprimant en faveur du prêt, l’hon. John Bosco Ikojo, président de la commission de l’économie nationale, a déclaré que s’il était mis en œuvre, le projet contribuerait grandement à améliorer la connectivité dans le pays.

“… [The project] vise à garantir que la connectivité de données à large bande passante est disponible dans toutes les grandes villes de l’Ouganda à un tarif raisonnable ; et b) Une infrastructure gouvernementale électronique visant à réduire le coût des affaires au sein du gouvernement, à améliorer les communications entre les agences gouvernementales et à réduire la nécessité pour les fonctionnaires de se déplacer pour les réunions, augmentant ainsi l’efficacité », a-t-il déclaré.


Le député Hassan Kirumira (NUP, Katikamu South County) a soutenu le prêt, mais a déclaré que le Parlement devrait veiller à ce que NITA-U reçoive le montant du prêt dans son intégralité.

Il a également demandé au Parlement de tuer dans l’œuf les efforts de rationalisation des agences, ce qui verrait le ministère des TIC plier NITA-U et exécuter ses fonctions.

“Je suis déçu… le ministère des TIC a informé le comité que le gouvernement avait l’intention de prendre position sur le statut de la NITA-U et d’autres agences ; nous avons décidé de soutenir ce prêt à condition que l’entité de mise en œuvre soit NITA-U ; Je propose également qu’il soit décidé que le Parlement ne devrait pas modifier ou abroger la loi NITA-U”, a-t-il déclaré.

Le ministre des Finances de l’ombre, l’hon. Muhammad Muwanga Kivumbi (NUP, comté de Butambala) a déclaré que le prêt ne devrait être accordé qu’à la condition que “cette Chambre oblige le gouvernement à s’assurer que NITA-U est l’agence d’exécution”.

Hon. Ikojo a décrit les domaines clés que le projet couvrira.

“… [The project will] établir une infrastructure dorsale nationale (connexion de données à haut débit dans les principales villes de l’Ouganda ; connecter tous les ministères dans un seul réseau étendu ; c) établir un centre de données gouvernemental ; et d) Établir un centre d’information de district », a-t-il déclaré.

Les dividendes seront que tous les ministères du gouvernement seront connectés à une plate-forme électronique et à un câble de transmission dorsal à fibre optique robuste installé dans tout le pays, entre autres avantages.

Le prêt désormais approuvé est assorti d’un élément de don pouvant atteindre 60 millions de dollars et proviendra de l’Autorité de développement international de la Banque mondiale.

Un élément de subvention sur un prêt signifie qu’en plus du prêt, qui générera des intérêts, l’établissement prêteur offre également à l’emprunteur un cadeau sous la forme d’une subvention.

Avez-vous une histoire dans votre communauté ou une opinion à partager avec nous : Écrivez-nous à Editorial@watchdoguganda.com