L’Australie s’en tient aux sous-marins nucléaires américains malgré les critiques françaises

CANBERRA, Australie — Le Premier ministre australien a déclaré vendredi qu’il restait déterminé à construire une flotte de sous-marins propulsés par la technologie nucléaire américaine malgré le président français décrivant le plan comme une “confrontation avec la Chine”.

Le précédent gouvernement australien a exaspéré le président Emmanuel Macron l’année dernière en annulant un contrat pour une flotte française de sous-marins à propulsion conventionnelle d’une valeur de 90 milliards de dollars australiens (66 milliards de dollars) et en optant à la place pour des versions à propulsion nucléaire dans le cadre d’un accord secrètement négocié avec les États-Unis. États-Unis et Grande-Bretagne.

Le Premier ministre Anthony Albanese a soutenu le soi-disant accord AUKUS pour adopter la technologie nucléaire depuis son arrivée au pouvoir lors des élections de mai. La question de savoir si l’Australie opte pour une version du sous-marin américain de classe Virginia ou britannique de classe Astute sera annoncée en mars.

“Nous poursuivons les arrangements AUKUS, il n’y a rien d’ambigu là-dedans”, a déclaré Albanese aux journalistes lors d’un sommet à Bangkok auquel Macron participe également.

Macron a critiqué jeudi l’accord AUKUS, déclarant aux journalistes que la France avait offert à l’Australie, qui n’a pas d’industrie de l’énergie nucléaire, des sous-marins diesel-électriques qui pourraient être entretenus de manière indépendante.

“Ce n’était pas dans une confrontation avec la Chine parce que ce n’étaient pas des sous-marins à propulsion nucléaire”, a déclaré Macron par l’intermédiaire d’un interprète.

Mais le prédécesseur d’Albanese, le Premier ministre Scott Morrison, a choisi “l’exact opposé : entrer dans une confrontation en passant au nucléaire”, a ajouté Macron.

Lorsque l’accord AUKUS a été annoncé en septembre de l’année dernière, le ministère chinois des Affaires étrangères a condamné l’exportation de la technologie nucléaire américaine comme « hautement irresponsable ». Certains voisins de l’Australie craignent que cela ne conduise à une course aux armements dans la région.

Lorsqu’on lui a demandé si l’Australie était en train de créer une confrontation nucléaire avec la Chine, Albanese a répondu : “Le président Macron a le droit d’exprimer son point de vue, comme il le fait de manière très franche”.

“Il a le droit de faire les commentaires qu’il veut en tant que dirigeant de la France”, a ajouté Albanese.

Albanese a laissé entendre qu’il n’y avait pas de rancœur entre les dirigeants, déclarant : “Nous avons eu un échange très amical, comme nous le faisons toujours” lorsqu’ils se sont rencontrés jeudi soir à Bangkok.

L’année dernière, Macron a accusé Morrison de lui avoir menti au sujet de l’accord et a refusé de prendre les appels téléphoniques du dirigeant australien pendant des semaines après l’annulation du contrat pour une douzaine de sous-marins.

Macron a déclaré jeudi que la perspective que la France fournisse l’Australie en sous-marins restait “sur la table”.

Albanese a déclaré que l’Australie continuait de discuter avec la France “de la manière dont nous pouvons coopérer en matière de défense”.

Le premier des huit sous-marins nucléaires ne devant pas être livré avant 2040, l’Australie pourrait faire face à un déficit de capacité alors que ses sous-marins conventionnels de classe Collins approchent de la fin de leur vie.

Il y a eu des spéculations selon lesquelles la France pourrait fournir à l’Australie une petite flotte provisoire de sous-marins diesel-électriques.

Le gouvernement nouvellement élu d’Albanese a accepté en juin de verser au constructeur naval français Naval Group une compensation de 555 millions d’euros (584 millions de dollars) pour avoir rompu le contrat de sous-marin.

Les responsables du ministère australien de la Défense ont déclaré à l’époque que la compensation était généreuse dans l’espoir de calmer la colère française tout en renforçant les liens de sécurité entre les deux puissances du Pacifique Sud.

Albanese a déclaré qu’AUKUS n’avait pas été évoqué mardi lors de sa première rencontre bilatérale avec le président chinois Xi Jinping.